Pour financer les ODD, il va falloir faire converger entreprises et investisseurs, explique l’ORSE


La conférence digitale organisée le 28 janvier pour promouvoir l’étude sur le financement des ODD par le secteur privé a permis de dresser un tableau assez juste de l’état d’avancement de l’agenda 2030, celui fixé par les Nations Unies pour atteindre les 17 Objectifs de Développement Durable.

L’apport des ODD à la mesure d’impact environnemental et sociale des activités d’une entreprise est indéniable. "Ils ont donné le signal du passage de la prise en compte de dimensions environnementales et sociales sous forme de process RSE et de mesures à l’évaluation de ses impacts. Cela amène l’entreprise sur des terrains qui ne sont pas naturellement les siens", explique Gilles Vermot-Desroches, vice-président Développement Durable de Schneider Electric.
Les dernières actualités
📢 Les eurodéputés soutiennent l’agriculture bio🌿.

Le Parlement européen a donné son feu vert à un nouveau rapport sur le plan d’action de l’UE en faveur de l’agriculture biologique, qui met l’accent sur une approche fondée sur le marché avec comme objectif ambitieux de l’Union de voir 25 % des terres agricoles exploitées de manière biologique d’ici 2030.

Lire l'article
👨‍🌾 L’agriculture, le moteur de notre transition alimentaire et écologique 🌲!

Loic Guines président de l’Agence BIO, Sandrine Faucou de l’Assemblée Permanente des Chambres d’agriculture, Jean Verdier du Synabio, Bruno Martel de la Coopérative Agricole et Philippe Henry de la Fnab signent cette tribune. Celle-ci reprend les enjeux actuels de hausse des prix et de menace de pénurie alimentaire suite au conflit russo-ukrainien. Elle rappelle que le bio est une solution pour notre souveraineté et résilience alimentaire ainsi que la nécessité d’armer aujourd’hui le consommateur pour soutenir la transition alimentaire et écologique des Français

Lire l'article
Mieux produire pour manger bien : vers une troisième révolution agricole

Si les deux premières révolutions agricoles ont été caractérisées par les transformations technologiques du secteur, la troisième, en cours, serait quant à elle une révolution sociologique marquée par une prise de conscience tant des consommateurs que des agriculteurs. Ou comment le bien manger ne peut s’extraire du bien produire. Analyse.

Lire l'article